Avertir le modérateur

16/02/2009

Air France règle ses comptes (2/2)

Alain LE CARROUR est commandant de bord A330/A340 à Air France. Alain est un modèle pour tous ceux qui s’engagent pour la Sécurité du transport aérien. Ses compétences sont multiples. Sa générosité, son altruisme et son courage ne peuvent être mis en doute.

 

Nombreux sont ceux qui ont pu apprécier en de nombreuses circonstances la force de ses convictions, la justesse et la pondération de ses analyses et de ses réflexions. Les autorités judiciaires ont su aussi reconnaître ces qualités en utilisant ses écrits et ses témoignages au profit de la manifestation de la vérité.

 

Depuis plusieurs mois, Alain refuse une situation de travail relative à la composition des équipages que d'autres salariés et le CHSCT ont analysée comme présentant des risques pour la sécurité mais a fait l'objet d'une programmation systématique d'une situation de travail identique.

 

Ces manœuvres d'intimidation et de harcèlement viennent d'être poursuivies par la réception d’un courrier d’Air France lui signifiant les mesures prises à son encontre pour le contraindre.

Hors de tout droit et de toute procédure, on lui supprime simplement son salaire.


Il s’agit bien évidemment de se débarrasser d’un gêneur…qui témoigna entre autres par deux fois devant les tribunaux de Colmar à la demande de l'association des familles de victimes de l’accident du Mont Ste Odile. Un des prévenus était l'ancien Directeur Général de l'Aviation Civile. Il est aujourd'hui Directeur Général d'Air France-KLM

 

S'agissant de l'aspect réglementaire des choses tel qu'invoqué par Air France et la DGAC en réponse au problème de sécurité invoqué par le Commandant LE CARROUR, les enquêtes menées dans les accidents ont montré que ce qui était règlementaire pouvait ne pas garantir la Sécurité en certaines circonstances.

 

Qu'en particulier l'aspect "facteurs humains" était difficilement quantifiable par les lois et règlements et ne pouvait donc être apprécié et intégré que par les opérateurs dans leur travail, à partir de principes généraux issus de la réflexion et du retour d'expérience.

 

C'est cet enseignement qu’apporte le rapport d'enquête de l'accident survenu à ALGER le 8 janvier 2008: "Le manque d’expérience récente en ligne du PF en place droite, bien que réglementaire, ne lui permettait pas d’appréhender sereinement cet atterrissage."

 

Une Compagnie aérienne, a fortiori majeure, ne peut pas se contenter de coller a minima aux règlements sans réflexion ni esprit critique et sans prise en compte des facteurs humains.

 

C'est d'ailleurs certainement cette préoccupation qui a amené le législateur a donner à tout salarié le Droit de se retirer d'une situation de travail, qu'il a rendu les personnels navigants responsables en dernier ressort de leur aptitude à exercer leur fonction et qu'il a donné aux Commandants de Bord les prérogatives et responsabilités de juger en dernier ressort de l'aptitude au vol de leur aéronef. Et ceci malgré l'existence d'un cadre règlementaire.

 

La façon dont la compagnie AF se permet d'exercer délibérément des pressions morales sur ses Commandants de bord en charge de très lourdes responsabilités est inacceptable.

 

La même mésaventure est arrivée à Miguel GORDILLO, commandant de bord à IBERIA. Il a été licencié en 2006 par la direction de sa compagnie pour avoir refusé un avion dont la tolérance technique sur le système de détection incendie d’un réacteur était largement dépassée… et reconduite plusieurs fois. La justice espagnole a donné raison à Miguel et a condamné lourdement la compagnie IBERIA.

09:16 Écrit par HMC | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu