Avertir le modérateur

07/10/2009

AF 447 : suivi et maintien de navigabilité...

occurrence.jpg

...par Claude GUIBERT, expert judiciaire.

Suivi de navigabilité :

 

Le « SUIVI DE NAVIGABILITĖ » est le processus permettant de détecter puis de corriger efficacement les défauts d’un avion, d’un équipement ou des règles d’emploi opérationnel, défauts dont l’existence ou la gravité n’avaient pas été complètement anticipés au moment du processus de certification, défauts détectés au fur et à mesure que progresse l’expérience de l’utilisation de l’avion en exploitation.

Il s’agit donc d’un processus continu de prise en compte d’incidents répétitifs, exploitant au mieux le « retour d’expérience » en utilisation. C’est ce travail normalement « réactif » aux incidents ou accidents survenus que l’on dénomme « suivi de navigabilité ». Ce processus implique conjointement constructeurs/équipementiers + les compagnies aériennes exploitantes + l’Administration (DGAC/SFACT et ses experts associés, chargées à la fois de la certification et de la navigabilité des aéronefs). [+ l'EASA, ndlr]

Le niveau de criticité d’une panne n’est donc pas a priori « figé ». Certes il est défini initialement, suivant un degré d’occurrence (10-3 à 10–9) estimé et une gravité supposée (mineure, majeure, critique ou catastrophique) des conséquences de la panne envisagée.

Mais, si les évènements en exploitation établissent que :

- soit la fréquence des pannes est notoirement supérieure aux prévisions des études de sécurité initiales (le degré réel d’occurrence constaté est différent du degré d’occurrence initialement envisagé),

- soit la gravité des conséquences d’une panne, initialement prévue simple, est plus grave que prévu dans les faits, conjointement, le constructeur et les autorités administratives doivent « réagir » et prendre les dispositions nécessaires pour revenir à une combinaison réaliste « niveau de criticité/ probabilité d’occurrence », réglementairement définie comme acceptable.

Et l’étude des incidents et/ou des accidents est effectuée par le BEA, c’est là son rôle spécifique. Le BEA est donc « acteur » du processus d’amélioration de la sécurité, même si son rôle est limité à des « propositions » !

 

Maintien de navigabilité :

 

Le « MAINTIEN » de navigabilité est pour l’essentiel à la charge de l’exploitant, sous le contrôle des autorités administratives. L’exploitant doit utiliser l’avion à l’intérieur des limitations prévues, procéder aux opérations d’entretien de la cellule, des réacteurs, des équipements suivant une périodicité établie, procéder aux modifications techniques imposées, etc.…

La sécurité aérienne finale repose donc sur un ensemble de processus techniques profondément imbriqués où il est nécessaire que chaque intervenant décisionnaire dans l’application ou l’évolution de chacun des processus prenne les bonnes décisions."

16:12 Écrit par HMC | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu