Avertir le modérateur

16/12/2010

Air France, DGAC, EASA : du scandale au banal

fgite.jpgDes travaux non conformes. Du 6 septembre au 23 octobre derniers, une grande visite d’entretien périodique est effectuée sur un Boeing 747 d’Air France (Check D). Cela se passe en Chine. A cette occasion, les panneaux de plafond de la cabine sont repeints.

A l’analyse des travaux effectués, il apparaît que les travaux de peinture pourraient ne pas être conformes aux spécifications de Boeing. Des tests doivent donc être effectués notamment en ce qui concerne la résistance de la peinture au feu.

Le doute profite au risque. Le 29 octobre, le B747 en question rentre en France avec des dérogations de l’EASA et de la DGAC qui « autorisent » cet avion à transporter des passagers pendant 2 mois en attendant le résultat des tests.

Donc, l’avion vole et vole et vole…

Le 23 novembre les résultats arrivent : Tests Feu NON CONFORMES ! Aussitôt, les panneaux sont remplacés.

Cette affaire est un vrai scandale. Pendant 3 semaines, la direction d’Air France, la DGAC et l’EASA ont délibérément fait courir un risque vital aux personnels navigants ainsi qu’aux passagers de cet avion. Les règles de la Sécurité des Vols exigeaient bien évidemment que les panneaux soient changés ou bien que les résultats des tests soient obtenus avant la reprise des vols.

Encore une fois, Air France, la DGAC et l’EASA ont démontré leur incapacité à résoudre un grave problème lié à la sécurité des vols.

Selon la réglementation, Air France doit disposer d’une structure d’encadrement éprouvée et efficace lui permettant d’assurer la sécurité des vols. Les responsables désignés pour l’entretien des avions et pour les opérations aériennes doivent justifier d’une compétence confirmée en matière d’aviation civile.

La DGAC et l’EASA ont pour mission de maintenir la sécurité du transport aérien à son plus haut niveau. Les personnels de ces instances doivent également justifier d’une compétence confirmée en matière d’aviation civile.

Le dénoncer ne suffit pas ! Les syndicats (PNT et PNC) et les associations des familles des victimes d’accidents aériens doivent exiger le départ de tous les responsables de ce nouveau scandale. En l’absence de réactions proportionnelles aux fautes commises, ce genre de scandale deviendra banal !

19:41 Écrit par HMC | Commentaires (1)

Commentaires

Exactement les mêmes tergiversations que pour l'affaire des sondes d'incidence après le quasi accident d'Eva Air concernant les modèles A320 AF affectés par la plaque de liaison défectueuse; décision de nature dilatoire (7 ou 8 jours) assumée en toute connaissance de cause alors que le retrofit de la plaque initiale aurait pu être effectué en night stop mais cela aurait nécessité des heures sup. pour la maintenance. l'aviation commerciale est décidément devenue un monde formidable.
Gerard Arnoux Président du Comité de veille Français pour la sécurité aérienne (ex captain A320)

Écrit par : arnoux | 19/01/2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu