Avertir le modérateur

10/01/2011

EASA : un grand pas en arrière pour la sécurité des vols !

ftl.jpg

L’Agence Européenne pour la Sécurité de l’Aviation vient, encore une fois de démontrer sa servilité envers le pouvoir de l’argent en proposant de nouvelles règles pour la durée du travail des équipages, qui sont un grand pas en arrière pour la sécurité des vols. Elle répond ainsi sans ambiguïté à la 3ème des « 7 questions pour 2011 » (lire la note du 6 janvier).

L’EASA propose par exemple 14 heures de travail consécutives par jour pour les pilotes alors que l’étude médicale et scientifique qui lui a été remise en 2008 limite ce temps de travail à 12h.

Lire ICI le communiqué de l’European Cockpit Association qui représente 38600 pilotes européens.

Extrait :

“EASA seems to suggest Europe’s pilots are more fatigue-resistant and can fly longer hours than their American counterparts and more than scientific studies say is safe” says Philip von Schöppenthau, ECA Secretary General. “EASA’s rules disregard decades of scientific research. Why? Because of years of aggressive airline lobbying against any new rules that might increase their costs. I am not sure their passengers will appreciate that.”

Le patron de l’EASA est Patrick Goudou.

patrick-goudou.jpg

J’ai rencontré Goudou lors de son audition consacrée à la sécurité aérienne organisée par la Commission des affaires européennes de l’Assemblée Nationale le 1er décembre 2009. Après la séance, je l’ai arrêté dans les couloirs pour lui dire que je ne croyais pas un instant à sa sincérité lorsqu’il affirme que la sécurité est sa priorité. Il a piteusement battu en retraite…

18:23 Écrit par HMC | Commentaires (2)

Commentaires

J'aime aussi bien l'article citant M. P. Goudou, lien sous pseudo: vous vérifierez sous peu: le réchauffement climatique deviendra une cause de l'accident d'AF447. son Cv est à http://www.easa.eu.int/language/fr/executive-director.php

Écrit par : Jean E. | 11/01/2011

C'est bien regrettable en effet. Il y a bien sûr la question de la sécurité des vols qui recule ; mais il y a aussi, en corollaire, celle du plaisir au travail, de la motivation dont on sait qu'elle s'épuise avec la fatigue et les contraintes exagérées. Faut-il toujours rendre le travail plus pénible pour qu'il soit davantage reconnu ? Le personnel hospitalier est tombé dans ce piège, enchaînant les gardes pendant des heures, avec derrière, l'espoir inconscient d'un supplément de valorisation narcissique.

La pression sociale (et bien sûr, la question de la réduction des coûts) va dans le sens d'un surplus de sacrifice de soi-même ; le transport aérien y succombe à son tour.

Écrit par : Manuel - Gestion du stress professionnel | 12/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu