Avertir le modérateur

27/04/2011

« Deep trouble » pour le BEA…

deepstall.jpgAlors qu’une famille des victimes de l’accident du vol AF 447 vient de déposer une plainte contre le BEA pour « entrave à la manifestation de la vérité », nous rappelons ici une nouvelle fois que l’hypothèse du « décrochage » de l’A 330, si elle avait été faite, aurait conduit le BEA à effectuer les recherches de l’épave sous la dernière position connue (LKP) dès le début de l’enquête.

 

Dans son rapport d’étape n°1, le BEA affirmait dans les « faits établis » que l’A 330 « paraît avoir heurté la surface de l’eau en ligne de vol, avec une forte accélération verticale. »

 

Dans son rapport d’étape n°2, le BEA confirmait que : « l’avion a heurté la surface de l’eau avec une assiette positive, une faible inclinaison et avec une vitesse verticale importante. »

 

Ces éléments conduisaient à penser, dès les premiers jours de l’enquête, que le « décrochage » de l’A 330 en « deep stall » était fort possible.

 

Mais…

 

…le BEA n’a jamais envisagé l’hypothèse du « décrochage ».

 

…le BEA n’a jamais envisagé que l’A 330 aurait pu sortir de son domaine de vol.

 

…le BEA a, au contraire, uniquement déterminé la zone de recherche selon l’hypothèse inverse que « compte-tenu de la vitesse maximale possible de l’avion, l’épave de l’avion devait donc se trouver dans un cercle de 75 km de rayon (le Cercle) centré sur le dernier point de report de position (LKP) » (note de Monsieur TROADEC du 8 avril 2011).

 

« Deep trouble » pour le BEA.

07:02 Écrit par HMC | Commentaires (0)

25/04/2011

Recherchons journalistes d'enquête indépendants lucides et courageux

Quelques saines lectures anciennes pour les chiens de garde de l'industrie du transport aérien qui nous font trop souvent oublier que soigner, instruire et informer sont les fonctions les plus nobles de la société. La sécurité du transport aérien a besoin de journalistes d'enquête, indépendants, lucides et courageux. Pas de  pisse-copie de blogs aux ordres, illuminés par les publicités des affairistes qui les nourrissent

 

Membres bénévoles d'une association à but non lucratif, nous n'avons rien de matériel à offrir : pas d'argent, pas de billets d'avion à tarif préférentiel, pas de kiosque à journaux aéroporté, pas de contrats publicitaires pour blogs matinaux, pas de chronique d'expert autoproclamé sur radio périphérique, pas de contributions télévisuelles à des ambitions politiques, pas d'invitations à Symposiums en pays exotiques, pas d'emploi d'animateur de Colloques et de débats convenus et entre amis, pas de poste de rédacteur en chef de revue aéronautique en charge de la transcription de la volonté du propriétaire en ne portant pas atteinte aux intérêts des annonceurs. Rien. Sinon des os à ronger, la satisfaction de contribuer aux progrès d'une grande cause et de pouvoir se regarder sereinement dans sa glace le matin.

Louis PAUWELS-COLORISE.jpg

07:28 Écrit par HMC | Commentaires (0)

24/04/2011

Gérard Feldzer : profil bas...

feldzer.jpg
feldzer_canard.jpg

20:55 Écrit par HMC | Commentaires (1)

22/04/2011

Persuasion...

Alors que le BEA va tenter de nous persuader que l’équipage du vol AF 447 a fait demi-tour pour justifier la présence de l’épave à proximité de la dernière position connue, retour sur un grand moment de persuasion de l’ex patron du BEA à propos du Concorde :

 

Rapport fait au nom de la Mission d’Information sur la sécurité du transport aérien de voyageurs sous la Présidence de Madame Odile SAUGUES. Audition de M. Paul-Louis ARSLANIAN, Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) (Extrait du procès-verbal de la séance du 2 mars 2004)

 

M. Paul-Louis ARSLANIAN : En 1979, un accident s'est produit à Washington : une roue s'était brisée et des morceaux avaient percé le réservoir. Les trous du réservoir avaient provoqué une fuite et le Concorde s'était posé sans aucun problème. /…/

 

train_concorde_79_pla.jpg

17:51 Écrit par HMC | Commentaires (0)

20/04/2011

Le « décrochage » d’Airbus

FOTAIRBUS.jpgAlors que le BEA n’a toujours pas dit que l’A 330 du vol AF 447 était en « décrochage » au moment de l’impact à proximité la dernière position connue, retour sur la nouvelle procédure de sortie du « décrochage », mise en place en urgence par Airbus le 12 mai 2010, après avoir réalisé que l’augmentation de la poussée des réacteurs pouvait avoir un effet pervers.

Parole d’expert. Airbus, qui nous explique doctement qu'une procédure doit être simple et applicable dans toutes les situations, oublie une chose: c'est qu'à l'approche du décrochage on va transiter par ALPHA FLOOR et que c'est le super automatisme airbusien qui va augmenter la poussée des réacteurs (sauf en dessous de 100 pieds). Et que donc:

·         airbus2.jpgil manque, au minimum un item de procédure et plusieurs entraînements pour cette raison là. Car sortir d'ALPHA FLOOR, c'est déjà un gros souci pour le pilote en hypovigilance qui va devoir d'abord se souvenir qu'il ne sert à rien de réduire les manettes quand ALPHA FLOOR est actif.

·         si Airbus croit vraiment à ce qu'il dit et écrit, il faut qu'il remette en cause ses automatismes et ses dogmes. Dur-dur…

Ceci me conforte encore plus dans l'idée que nous devons par tous les moyens possibles crever une fois pour toutes le furoncle et leur faire dire tout ce qu'ils ont découvert sur le comportement de leurs avions, en modes normaux et dégradés, avec ou sans automatismes. Et comment et dans quels délais ils vont corriger le tir, autrement que par l'amoncellement de nouvelles procédures. Ne serait-ce que parce qu'un pilote ne peut pas être qu'un automate applicateur de procédures; il doit disposer de tous les éléments qui ont amené à les élaborer. C'est ce que j'ai écrit dans un papier récent "des procédures simples, comprises et admises..." 

Accessoirement, Air France devra aussi nous expliquer pourquoi (contrairement à Air Inter) elle n'a pas pris l'option INDICATEUR D'INCIDENCE (comme le HUD) et entretenu la conscience de ce paramètre, alors que nous n'avons pas attendu les doctes démonstrations d'Airbus pour savoir que c'était LE paramètre de l'avion en vol.

La victoire "post-mortem" de Gilbert KLOPSTEIN pilote et ingénieur génial, méprisé et combattu par BAUD et ZIEGLER et mort dans la misère.

09:16 Écrit par HMC | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu