Avertir le modérateur

17/05/2011

Présumés coupables

journaleux.JPGAlors que le BEA avait affirmé dans son communiqué du 16 mai que les données des enregistreurs du vol AF 447 faisaient l'objet d'une analyse détaillée et approfondie qui devait durer plusieurs semaines, le Figaro, grâce à la « perspicacité » du journaliste Fabrice Amedeo, titre sur son site Internet que « les boites noires mettent Airbus hors de cause » et affirme que « les premiers éléments orientent les enquêteurs vers une erreur de l'équipage ». Nous y voilà ! La grande offensive est lancée ! Des fuites savamment organisées vont préparer l’opinion à la seule issue possible : l’erreur des pilotes.

C’est oublier volontairement que, suite au blocage des sondes Pitot, l’équipage était soumis à une charge de travail telle qu’il ne pouvait pas assurer ses tâches avec précision ou même les mener à terme (unsafe condition).

C’est ignorer sciemment que le décrochage est un risque lié à l’incohérence des vitesses mesurées identifié par la DGAC, la FAA et les autres depuis 2001, que le domaine de vol de l’A 330 était très réduit au moment de l’accident et qu’Airbus avait toujours affirmé que, grâce à sa technologie, l’entraînement des pilotes aux procédures de sortie du décrochage n’était pas nécessaire.

.

La réaction du BEA à cet article du Figaro

05:42 Écrit par HMC | Commentaires (3)

Commentaires

Incroyable !
Chronique d'un résultat d'enquête annoncé... depuis deux ans...
Et personne ne peut imposer une contre expertise , comme cela se fait maintenant dans le nucléaire ? pas même les brésiliens ?

Écrit par : bluebird | 17/05/2011

Je voudrais rappeler quelques éléments:
-Il n'y a pas eu de SOS reçu de la part de l'avion ce qui implique que soit l'antenne est tombé en panne (je doûte que c'est le cas) soit les pilotes ne se sont pas apperçu de ce qui se passait juste qu'au moment du crash, or un décrochage ça se remarque tout de suite.
-Les débris étaient très concentrés ce qui implique un crash à l'horizontale et non piqué. Or qui dit horizontale dit possibilité de contrôler l'avion. Ensuite peut être il n'y a pas beaucoup de personne qui sait que lorsque l'avion passe sous une certaine altitude il y a une petite alarme qui sonne (je l'ai appris dans une émission sur les crashs d'avion sur discovery chanel)
Tous ces éléments me disent que même s'il y a eu une sonde pitot qui est tombée en panne les pilotes ont du commettre plusieurs erreurs.

Écrit par : ducmq | 17/05/2011

C'est vraiment rageant et désespérant;
toujours le même rouleau compresseur.
BEA, Etat, Airbus, au nom de la raison d'état.
Caravelle, Mt St Odile, Concorde, Yemena, AF 447;
Pourquoi la vérité est elle impossible en France?
L'analyse des accidents doit permettre à l'aéronautique de progresser. En aucun cas il faut couvrir les erreurs.
La FAA sait sanctionner. Quid de l'EASA?
Oui c'est vrai, on sait brandir la menace de l'interdiction d'accès de l'espace aérien européen, sauf quand ladite airline achète des Airbus (Yemenia...)

Il nous faut un wikileak de l'aéronautique où de manière anonyme, les informations et rapports seraient diffusés puis analysés par des spécialistes indépendants.

Les messages ACARS avaient il y a 2 ans sérieusement mis en doute la version officielle.

Organisons les fuites pour l’indépendance des enquêtes

Écrit par : ludoaero | 17/05/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu