Avertir le modérateur

30/07/2011

Amen !

L’avion est un système extrêmement fragile, la moindre défaillance humaine, le moindre dysfonctionnement technique peut entraîner une catastrophe. Un accident n’est jamais la conséquence d’une seule erreur mais toujours la dramatique conclusion d’une série d’événements limitant tour à tour les choix de l’équipage jusqu’à l’événement final qui, dans une situation déjà dégradée, ne laisse à celui-ci plus aucune chance de s’en sortir et l’accident survient.

 

L’Histoire de l’Aviation nous a appris que lorsque un problème est détecté, qu’il soit d’origine humaine ou technique, il faut rapidement le résoudre sous peine d’en subir les conséquences (Loi de Murphy).

 

Il y a ainsi beaucoup d’accidents qui auraient pu être évités si les bonnes décisions avaient été prises au bon moment.

 

Pour l’accident du mont Ste Odile en janvier 1992, on savait que l’A 320 n’était pas fini, que son système de navigation présentait des défauts, que l’ergonomie n’était pas parfaite, il y avait des incidents mais on s’en sortait jusqu’au jour où l’équipage, sur qui on comptait pour « résoudre » le problème, n’a pas su/pu faire face. On a alors accusé les pilotes d’avoir agi inconsidérément sur les commandes de vol et précipité l’avion vers le sol, oublié tout le reste et rien n’a changé, les vrais responsables n’ont pas été inquiétés.

 

Pour l’accident du Concorde en juillet 2000, on savait que cet avion présentait de graves défauts de conception, que sa certification était à revoir, il y avait des incidents et même des accidents mais on s’en sortait jusqu’au jour où l’équipage, sur qui on comptait pour « résoudre » le problème, n’a pas su/pu faire face. On a alors accusé un chaudronnier d’avoir laissé trainer une lamelle de métal sur la piste, oublié tout le reste et rien n’a changé, les vrais responsables n’ont pas été inquiétés.

 

Beaucoup d’accident pourront être évités si les vrais responsables sont sanctionnés comme ils le méritent.

 

Mais ça continue car...

 

…pour AF 447, on savait qu’un équipement de l’A 330, les sondes Pitot, avait un défaut, que le risque était la sortie du domaine de vol, il y avait des incidents mais on s’en sortait jusqu’au jour où l’équipage, sur qui on comptait pour « résoudre » le problème, n’a pas su/pu faire face. Alors on accuse les pilotes d’avoir provoqué le décrochage de leur avion, on oublie tout le reste et, comme d’habitude, les vrais responsables ne sont pas  inquiétés.

 

Amen !

 

05:49 Écrit par HMC | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu