Avertir le modérateur

02/10/2011

L’hypocrisie du BEA (suite)

A l’attention des enquêteurs du BEA, puisqu’ils semblent ignorer que les causes d’un accident peuvent être très éloignées du cockpit, cet extrait d’un rapport du NTSB (AAR-96/01) qui affirme que les causes de l’accident dont il est question sont imputables au constructeur ATR et à l’administration française, la DGAC :

On October 31, 1994, an ATR 72, American Eagle flight 184, crashed during a rapid descent after an uncommanded roll excursion. The airplane was in an holding pattern and was descending to a newly assigned altitude of 8,000 feet when the initial roll excursion occurred. The airplane was destroyed by impact forces and the captain, first officer, 2 flight attendants and 64 passengers received fatal injuries.

The National Transportation Safety Board has determined that theprobable causes of this accident were the loss of control, attributed to asudden and unexpected aileron hinge moment reversal that occurred after aridge of ice accreted beyond the deice boots because:

1) ATR failed tocompletely disclose to operators, and incorporate in the ATR 72 airplaneflight manual, flightcrew operating manual and flightcrew training programs,adequate information concerning previously known effects of freezingprecipitation on the stability and control characteristics, autopilot and relatedoperational procedures when the ATR 72 was operated in such conditions;

2)the French Directorate General for Civil Aviation's (DGAC's) inadequateoversight of the ATR 42 and 72, and its failure to take the necessarycorrective action to ensure continued airworthiness in icing conditions; and

3)the DGAC's failure to provide the Federal Aviation Administration (FAA)with timely airworthiness information developed from previous ATRincidents and accidents in icing conditions, as specified under the BilateralAirworthiness Agreement and Annex 8 of the International Civil AviationOrganization.

Le lecteur attentif et non borné trouvera évidemment des similitudes entre cet accident et celui du vol AF 447 dont les causes sont également très éloignées du cockpit si on en fait une analyse systémique selon le modèle de REASON (à suivre).

15:28 Écrit par HMC | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour,

effectivement, dans le cas d'un avion qui part tout seul sur la tranche, c'est au constructeur d'expliquer la perte de contrôle indépendante de toute action du pilote.
Dans le cas d'AF447, après perte des informations vitesse, l'avion n'est ni parti sur la tranche tout seul, ni parti à plein cabré jusqu'au décrochage tout seul. Le décrochage est arrivé suite aux ordres à cabrer du pilote.

Sans vouloir dédouaner Airbus&Sonde Thalès totalement (effectivement la perte d'info vitesse est à l'origine et a été fatale à cet équipage qui s'est cru en survitesse (voir CVR)), il me semble que mettre au même plan deux pertes de contrôle qui n'ont pas eu la même source*, c'est un peu tiré par les cheveux.

*l'une est créée par les commandes seules de l'avion, l'autre a été créée par les commandes de l'équipage (je rappelle que l'avion était stable en palier immédiatement après la perte d'info vitesse).

Cordialement,

Louis

Écrit par : Louis | 06/10/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu