Avertir le modérateur

05/10/2011

AF 447 : l'accident expliqué selon le modèle de REASON

Image1.jpg

DIAPORAMA

PowerPoint 2007. 1,3Mo

08:30 Écrit par HMC | Commentaires (6)

Commentaires

Merci pour cette présentation. Bon travail !

Écrit par : Phil | 06/10/2011

Instructif! Autant vous avez raison pour les 5 premières plaques, autant la partie "pilotes" est discutable:
l'A330 décroche après une action inexplicable du PF. Jusqu'à preuve du contraire, il n'aurait rien touché que l'avion serait passé au travers du givrage des sondes sans encombres.
Lorsqu'il a décroché, rien n'indique qu'il n'était pas récupérable, la preuve étant qu'à chaque fois qu'ils ont fait mine de pousser sur le manche l'alarme de décrochage est survenue de nouveau (indiquant une réduction de l'assiette) ce qui les a sans doute induits en erreur.
Autant de "détails" que vous occultez et qui montre la partialité de cette partie du document. Dommage! Mais aurez-vous le courage de poster mon commentaire?

Écrit par : Martin | 06/10/2011

Salut Martin... ou qui que vous soyez. Je comprends que vous êtes de ceux qui disent : "Y zavait qu'à..." ou "Y fallait que..." Vous ne prenez pas en compte la situation dans laquelle les pilotes se trouvaient. Les experts judiciaires parlent de "confusion", je préfère le terme "incompréhension". L'équipage était dans une situation telle qu'il ne pouvait plus assurer ses tâches avec précision ou même les mener à terme. Les pilotes ont donc, pour le moins, des circonstances atténuantes si, et ce n'est pas démontré, ils ont montré des lacunes dans la gestion des multiples pannes consécutives au défaut des sondes Pitot. Alors que toute la chaîne du retour d'expérience a totalement failli, il aurait fallu peut-être que les pilotes à eux seuls effacent toutes les erreurs commises en amont du cockpit ? C'est cela que vous dites et c'est idiot. En aviation, quand un problème est détecté, qu'il soit d'origine humaine ou technique, il faut le résoudre rapidement sinon on risque d'en subir dramatiquement les conséquences. L'EASA, Airbus et les autres ont laissé pourrir une situation potentiellement dangereuse en sous-estimant le risque pour x raisons. Ayez donc le courage de désigner les vrais responsables au lieu de vous en prendre, comme beaucoup d'autres, uniquement aux pilotes qui sont morts en essayant de faire de leur mieux, sans y parvenir hélas.
Oui, c'est bien là la différence entre les pilotes et l'EASA, Airbus, la DGAC, le BEA et Air France : eux, ils ont essayé de faire de leur mieux

Écrit par : HMC | 06/10/2011

Hello,

Ce que je voudrait (et je ne suis pas le seul) comprendre .. c'est pourquoi (au moment de la déconnection auto pilote et manettes de poussée) le pilote fait une action a cabrer qui va mettre l'avion en décrochage (et une alarme de décrochage va se faire entendre en continu pendant 54 secondes)
Si on peut m'expliquer que cela est le produit d'une chose en amont de l'évènement (on a appris a faire cette manoeuvre au pilote ... c'est la procédure a appliquer) .. alors j'admettrait sans réserve que le rôle du pilote(s) et mineur dans cet accident et qu'il a tout fait pour éviter la perte de contrôle

Écrit par : Gus | 07/10/2011

Si les décideurs n'avaient pas laissé pourrir une situation potentiellement dangereuse, la question ne se poserait pas

Écrit par : HMC | 08/10/2011

Bonjour

L'enquête du BEA est focalisée sur l'accident en lui-même, les circonstances, les faits réels, les conséquences qui aboutissent à l'accident. Elle relate les évènements, l'actions des pilotes, etc.

Si une "enquête" devait uniquement s'en tenir au faits uniquement, je pense que l'on n’appellerait plus une "enquête" une enquête. Après lecture de votre documents "Le modèle de Reason", on se rend bien compte que toute une série d'informations ne sont pas divulguées par le BEA. Un peu comme si l'enquête était tronquée ou incomplète. C'est en tous cas l'idée que j'en ai maintenant.

Une enquête digne de ce nom aurait du inclure votre analyse des faits "avant-accident". Malheureusement, le BEA a sa part de responsabilité (...), il n'allait donc pas s'incriminer lui-même... et ils ajoutent une cerise sur le gâteau avec la dernière partie "facteurs humains" qui va être publiée en 2012.

Il faut espérer que justice soit faite, que tous les manquements soient punis en bonne et due forme. Je ne peux m’empêcher de penser à toutes ces personnes qui on péri, je ne peux m’empêcher de penser à la panique des pilotes face à une situation incompréhensible qu'ils étaient dans l'incapacité de gérer. Ce tragique accident aurait pu être éviter, et avec certitude, ça n'aurait pas coûté autant d'argent que ce qui a été dépensé jusqu’à présent pour les recherches en mer.

Bien à vous

Écrit par : Christophe R. | 19/10/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu