Avertir le modérateur

05/03/2012

Le procès Concorde en appel cette semaine

Copie de PLA3.jpgAlors que l’instruction a démontré que le constructeur avait développé une « passivité attentiste » par rapport aux événements en exploitation et que les responsables du suivi de la navigabilité du Concorde n’avaient pas effectué toutes les démarches nécessaires et indispensables pour contraindre le constructeur à adopter les mesures qui s’imposaient pour remédier à tous les problèmes rencontrés, va-t-on encore avoir en appel un procès bidon qui confirmera la culpabilité du seul chaudronnier de Continental ?

 

Cet avion avait un grave défaut que personne n’ignorait, il y avait eu des incidents, des incidents graves et même des accidents mais il continuait de voler et « on s’en sortait »… jusqu’au jour où l’équipage n’a pas pu éviter que la tragédie survienne.

 

Confronté à une situation non prévue par le constructeur mêlant l’éclatement d’un pneumatique, la rupture d’une partie du réservoir n°5, un feu important sous la voilure gauche, une perte de poussée des réacteurs 1 et 2 et la non-rentrée du train, qui peut croire que l’équipage et les passagers avaient une chance même infime de s’en sortir ?

 

L’instruction a démontré également que les acteurs de la sécurité, en présence de la répétition des éclatements de pneumatiques, ont seulement tenté d’apporter des réponses pour limiter ce risque, mais sans y parvenir. De ce fait, des projections de morceaux de pneus et d’autres matières sur les parties sensibles du Concorde ont continué à se produire sans qu’aucune mesure suffisante n’ait été prise pour empêcher des fuites de carburant, des déclenchements d’incendie ou des pertes de puissance des réacteurs.

 

Depuis l’accident du Concorde en 1979 à Washington, tous les responsables de l’exploitation, du retour d’expérience, du suivi et du maintien de la navigabilité de cet avion savaient que 2 nécessités s’imposaient : soit le renforcement de la voilure notamment à l’intrados, soit l’arrêt des vols. Pour des raisons techniques et financières, la première a été abandonnée. Pour le prestige de la France, la seconde ne pouvait être envisagée.

 

Que faire alors de tous les accidents et incidents graves précurseurs qui se sont succédés pendant 21 ans ? Les ignorer ! C’est ce qu’ils ont fait.

 

Qu’on ne nous dise pas qu’il s’agit seulement de négligence ou de sous-estimation du risque. Non, on a ignoré volontairement le risque catastrophique généré par l’éclatement d’un pneumatique. Michel BOURGEOIS, enquêteur du BEA, a confirmé devant le magistrat instructeur ce que tout le monde savait : il fallait arrêter cet avion en 1979 et faire les modifications nécessaires et indispensables ! Michel BOURGEOIS a aussi avoué publiquement* en d’autres circonstances que pendant 21 ans le BEA n’a pas bougé sur ordre : « Il n’y avait ni mort ni blessé… alors on ne bougeait pas. ». Telle a été l’attitude du BEA et des autres tout au long des 24 années d’exploitation du Concorde.

 

Et peu importe que la rupture du pneumatique de la roue n°2 ait été causée le 25 juillet 2000 par une lamelle, un trou ou une marche. Le Concorde, son équipage et ses passagers n’auraient jamais dû entreprendre ce vol avec le défaut dont on avait mesuré l’extrême gravité sans vouloir le résoudre.

 

L’instruction a donc mis en évidence les fautes des acteurs de la sécurité durant toute la période qui s’est écoulée entre l’accident de Washington en juin 1979 et celui de Gonesse en juillet 2000. Pourtant, le Tribunal  de Pontoise a affirmé en première instance que seul le chaudronnier ne pouvait ignorer « les conséquences potentiellement catastrophiques de l’éclatement d’un pneumatique » lorsqu'il avait fixé la fameuse lamelle sur le DC10 de Continental. La Cour d’appel suivra t’elle ce jugement qui, une fois de plus, n’honore pas la Justice de notre pays ?

 

*Le témoignage de Michel BOURGEOIS (BEA)

 

21:10 Écrit par HMC | Commentaires (1)

Commentaires

Salut,

"le chaudronnier ne pouvait ignorer « les conséquences potentiellement catastrophiques de l’éclatement d’un pneumatique »"

C'est une évidence
Comme c'est aussi une évidence que tous les acteurs des parties prenantes pour la sécurité des vols .. les ingénieurs aéronautiques .. et autres experts et techniciens du BEA et tuti quanti semblaient ne pas connaître ces conséquences catastrophiques
Ce qui amène a se poser cette question ....
Ou ils sont tous des ignares (ou du moins de qualification inférieure a celle d'un chaudronnier ) ou ils sont plus intelligents qu'un chaudronnier et ont donc ignoré sciement les conséquences catastrophiques .....
En leur faveur je choisi la deuxième hypothèse .... ainsi on ne pourra pas dire qu'ils sont moins qualifiés qu'un chaudronnier ... ce qui est tout a leur peu d'honneur qu'il leur reste
Juste une opinion ....

A+

Écrit par : Gus | 06/03/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu