Avertir le modérateur

12/02/2012

Crash du vol COLGAN AIR 3407 : 3ème anniversaire

 Le 12 février 2009, le vol COLGAN AIR 3407, en route vers Buffalo, s’écrasait peu de temps avant son atterrissage provoquant la mort de 50 personnes, tous les passagers et membres d’équipage plus une personne au sol. L’enquête technique a révélé que la fatigue des pilotes avait joué un rôle majeur dans cet accident.

 

3 années plus tard, les Etats-Unis ont imposé de nouvelles règles concernant le temps de travail et le repos des équipages, à partir de données médicales et scientifiques, afin de prévenir un autre accident de ce type.

 

En Europe, c’est le contraire. Sous la pression des compagnies aériennes, l’EASA va proposer cette année de nouvelles règles absurdes et dangereuses.

 

Que se serait-il passé si l’accident du vol COLGAN AIR avait eu lieu à Bruxelles ?

 

L’avion se serait crashé dans une zone résidentielle, à 1 km de la Commission Européenne et probablement sur la station de métro Montgomery.

bruxells.jpg

 

(la ligne bleue matérialise la zone où l’avion serait tombé si le vol COLGAN AIR avait eu Bruxelles comme destination)

 

avec http://www.dead-tired.eu/

 

 

Passagers, vous pouvez donner votre avis sur ces nouvelles règles 

(si vous vous sentez concernés) :

LIRE

21:39 Écrit par HMC | Commentaires (1)

Commentaires

La chose ne manque pas d'ironie : aux Etats-Unis, pays où le business est élevé au rang de valeur suprême, on sait faire preuve d'intelligence lorsque certains principes primordiaux sont en jeu, quitte à dire "non" à la rentabilité à tous prix, justement. D'autres valeurs sont en jeu, la sécurité passe avant tout et cela n'est à priori pas négociable.

En Europe, la problématique est différente. Nous ne sommes pas au sein d'un pays unique, mais aux prises avec une association de nations somme toute très différentes et aux intérêts parfois divergents.

Il s'agit donc avant tout d'offrir un cadre réglementaire harmonisé. Sur le principe, voici quelque-chose de louable qui pourrait éviter, par exemple, que les compagnies de certains pays "moins disants" en matière sociale ne puissent exercer une concurrence déloyale vis à vis d'autres compagnies, le tout sur le dos de leurs navigants et au détriment de la sécurité. Cela s'appellerait "tirer les choses vers le haut".

Seulement, c'est l'inverse qui se produit. Harmonisons ! Nivelons par le bas ! Le business avant tout ! Oui à la sécurité, à la rigueur, mais à condition que la rentabilité n'en souffre pas.

Ainsi, nos compagnies nationales (par exemples) seront libres de sacrifier notre sécurité et celle de nos passagers sur l'autel de la rentabilité. Peu importe, puisqu'elles seront dorénavant sur un pied d'égalité et mieux armées face à la concurrence. C'est tout ce qui compte, non ?

Ah, c'est beau l'Europe tout de même !

Écrit par : Fabien T | 15/02/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu