Avertir le modérateur

27/03/2012

Aéroports, les failles de la sûreté

Suite à l’émission diffusée hier soir sur C+ qui confirme le « foutoir » des aéroports parisiens dans le domaine de la sûreté, ci-après mon expérience personnelle en ce domaine.

 

C’était le 10 novembre 2001, 2 mois après les attentats du World Trade Center… On peut imaginer que tous les moyens anti-terroristes étaient alors mobilisés dans un plan « vigie pirate renforcé ». Et bien pas du tout… Cet événement, qui n’était pas un cas isolé, posait déjà de façon dramatique la question de l’efficacité des mesures de sûreté sur l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (CDG).

 

Ce jour-là, j’effectuais avec mon équipage un vol entre Roissy et Saint-Denis de la Réunion, avec environ 300 passagers à bord et 10 tonnes de fret. Au départ, l’Airbus A-340 était situé au poste de stationnement C10 de l’aérogare 2 de CDG.

 

A l’arrivée à Saint-Denis de la Réunion, lors de l’ouverture de la soute avant de l’Airbus, le personnel de l’escale constatait que 2 palettes avaient été fouillées, avec des trous au niveau des emballages de protection, des cartons contenant des téléphones portables avaient été vidés de leur contenu et dispersés de part et d’autre des palettes.

 

Notre avion avait été pillé avec le plan « vigie pirate renforcé » en vigueur !

 

Comment des individus avaient-ils pu pénétrer sur l’aéroport de CDG, parvenir jusqu’à notre avion et monter dans la soute avant ? Si des voyous pouvaient se permettre ce genre de « performance », des terroristes bien entraînés ne devaient donc rencontrer que peu de difficultés pour déposer à bord bombes ou autres objets destructeurs. C’est toute la chaîne de sûreté, en amont du vol, qui était mise en cause.

 

J’avais alors largement diffusé l’information pensant naïvement qu’elle serait prise en compte… : déposition à la Brigade de Gendarmerie du Transport Aérien, rapport à ma compagnie. Par négligence, manque de procédures ou défaut dans l’application de ces procédures, il y avait eu, lors de cet incident, atteinte à la sûreté du transport aérien et donc mise en danger des passagers et membres d’équipage dont j’avais la responsabilité. D’autres incidents de ce type avaient été relevés au départ des aéroports parisiens sur nos vols et sur ceux d’autres compagnies. Le 19 novembre suivant, des colis contenant des matières dangereuses avaient même été éventrés…

 

J’avais aussi déposé une plainte contre X. Mais, un an plus tard, le Procureur classait l’affaire sans suite et me mettait en garde par courrier contre « toute constitution de partie civile abusive » si, d’aventure, j’avais voulu persister à mettre en cause la sûreté des aéroports parisiens.

12:14 Écrit par HMC | Commentaires (2)

Commentaires

comment imaginer que nos aeroports soient de vraies passoires et notre espace aerien soit aussi fiable!!!!!!!

Écrit par : lionel chauvin | 29/03/2012

@Lionel
l'espace aérien n'est fiable il est resistant à l'erreur et aux dysfonctionnement. Il est conçu des le départ avec cette logique.

Écrit par : Flyingpicard | 09/04/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu