Avertir le modérateur

22/07/2012

AF 447 : réflexions estivales

Dans son rapport final, le BEA a bien évidemment confirmé son mensonge et ses omissions (cf. note du 4 juillet). C’était prévu. Il a donc fallu l’appui d’un groupe de travail « facteurs humains » pour que le BEA réussisse à admettre (ou comprendre…) qu’il pourrait être bénéfique que l’alarme décrochage fonctionne quand les mesures de vitesse sont très faibles ! Travail « exceptionnel » n’est-ce pas ? (comme dirait un cadre d’Air France*). Sans le vouloir sans doute, le BEA nous a confirmé que le classement « major » du risque lié au blocage des sondes Pitot n’était vérifié ni dans les circonstances de l’accident ni lors de 16 événements antérieurs. Le fait que tous ces équipages n’aient pas compris ce qu’il se passait, n’aient pas réussi à déterminer la procédure à appliquer et donc à effectuer leurs tâches, classe ce risque « Hazardous ». L'analyse de ces 16 événements antérieurs aurait donc dû conduire à l'élimination de la sonde Pitot Thalès AA avant l'accident. Il faudra que l’EASA, Airbus, la DGAC et le BEA s’expliquent à ce sujet devant la Justice.

 

La Justice justement, parlons-en ! Les experts judiciaires ont rendu leur rapport final. Ce travail a été très bien accueilli par les parties civiles, il a même été qualifié d’excellent. Malheureusement, ces experts n’ont pas rempli la mission qui leur a été confiée. En effet, ils ont fait leur propre enquête technique mais n’ont pas répondu aux questions des juges : « L’accident était-il évitable ? Si oui, par quels moyens ? ». Les juges d’instruction ont donné 3 mois aux parties civiles pour faire des observations. Pas besoin d’autant pour leur faire savoir que ce rapport n’est pas acceptable car incomplet. Néanmoins, son contenu apporte des éléments intéressants qui devraient entraîner de nouvelles mises en examen.

 

Enfin, il faut remarquer que le SNPL est rentré dans le rang. Après avoir rué dans les brancards, refusé de travailler avec le BEA suspecté de ne pas être indépendant, le syndicat majoritaire s’est contenté d’un communiqué laconique le 5 juillet dans lequel il n’émet plus aucune critique. (:-)))

 

*Dans son communiqué du 5 juillet, Air France ose affirmer que la sécurité des vols reste sa priorité absolue. Quelle bande d'hypocrites ! Air France fait actuellement le forcing, au sein de l'AEA, pour que les règles à venir sur le temps de travail et de repos des équipages ne soient pas élaborées en fonction des études scientifiques et médicales dont dispose l'EASA. Ces études imposent des restrictions trop contraignantes pour la "productivité" des équipages qu'ils disent...

14:59 Écrit par HMC | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour Henri,
Le rapport d'expertise judiciaire est-il accessible ?
À bientôt,
David

Écrit par : ROCHER David | 05/08/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu