Avertir le modérateur

09/12/2012

Concorde : le cas de la DGAC

Dans son Arrêt, la Cour considère inacceptable que le Concorde ait pu conserver son certificat de navigabilité sans que les mesures qui s’imposaient ne fussent prises. La DGAC est ainsi clairement rendue responsable d’un accident ayant entraîné la mort des passagers et membres d’équipage.

 

Ce n’est pas la première fois… Le 31 octobre 1994, un ATR 72 se crashait aux États-Unis faisant 66 victimes. Le NTSB concluait que les manquements de la DGAC française étaient parmi les causes de l’accident :

dgac.jpg

 

Dans l’accident du vol AF 447 aussi, la passivité du BEA (relire la note du 6 décembre), de la DGAC (et bien sûr de l’EASA) face à l’accumulation des incidents graves précurseurs a joué un rôle déterminant dans la survenance de l’accident.

 

Il y aura d’autres drames similaires puisque ces gens-là ne sont jamais reconnus coupables.

12:22 Écrit par HMC | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu