Avertir le modérateur

29/01/2018

AF 447 : ce que les avocats des parties civiles ont...

Avec tout ça, n’importe quel avocat stagiaire démontrerait que la DGAC, l’EASA, le BEA, Airbus et Air France ont, dans l’exercice des activités placées sous leur responsabilité, par un défaut d’organisation, de surveillance ou de contrôle, créé ou laissé créer une situation dangereuse ayant rendu possible la survenance de l’accident du vol AF 447.

-l’enveloppe de certification de la sonde Pitot Thalès AA ne couvrait pas la totalité du domaine de vol de l’A330

-le vol AF447 était en dehors de cette enveloppe

-cette sonde avait un défaut

-il n’y avait pas de limitation d’utilisation de cette sonde

-il n’y avait pas d’alarme en cas de blocage de la sonde

-il n’y avait pas de procédure spécifique en cas de blocage de la sonde

-la perte de toutes les vitesses était un risque hazardous

-le blocage des sondes Pitot était une unsafe condition

-l’alarme STALL n’était pas conforme au JAR25

-les pilotes n’avaient pas eu les informations et entraînements nécessaires

-les événements précurseurs faisaient état de pilotes dans l’incompréhension de ce qu’il se passait

-les pilotes du vol AF447 n’ont rien compris eux-aussi

-le risque de sortir du domaine de vol était connu depuis 2001

-Ils devaient éliminer cette sonde avant l’accident

-ils l’ont fait après, ces ...

16:11 Écrit par HMC | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu