Avertir le modérateur

13/12/2018

Enquêtes accidents : le BEA se radicalise !

DK_-SAMVYAANoZr.jpg large.jpgLe 30 septembre 2017, un A380 d’Air France avec 520 personnes à bord, effectuant le vol AF66 entre CDG et LAX, s’était dérouté sur la base aérienne de Goose Bay au Canada suite à la désintégration du capot d’entrée d’air et du fan du réacteur n°4.

Ce type de réacteur, Engine Alliance GP7200 fabriqué par General Electric et Pratt & Whitney, équipe 125 A380 des compagnies Emirates (90), Air France (10), Korean Air (10), Qatar Airways (7) et Etihad Airways (8).

C’est le BEA qui, depuis, est en charge de l’enquête de sécurité, obligatoire lorsqu’il s’agit d’un accident. Le BEA a également l’obligation de rendre public le rapport final dans les délais les plus brefs et, si possible, dans les 12 mois qui suivent l’accident.

1.jpgSi le rapport final ne peut pas être publié dans les douze mois, l’autorité responsable des enquêtes de sécurité doit faire une déclaration intermédiaire au moins à chaque date anniversaire de l’accident, détaillant les progrès de l’enquête et toutes les questions de sécurité qui auront été soulevées.

Le dernier communiqué de presse du BEA date du… 11 octobre 2017. Depuis, silence radio ! Le BEA ne communique plus, le BEA n’a fait aucun rapport, aucune recommandation de sécurité.

On le voit, le BEA planque ce dossier au mépris de l’Annexe 13 de l’OACI, de la Règlementation européenne et de la Législation française.

Le BEA se radicalise !

10:53 Écrit par HMC | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu