Avertir le modérateur

27/07/2019

AF 66 : des recherches et puis rien

a-380-F-HPJE.pngLe 30 septembre 2017, un A380 d’Air France avec 520 personnes à bord, effectuant le vol AF66 entre CDG et LAX, s’était dérouté sur la base aérienne de Goose Bay au Canada suite à la désintégration du capot d’entrée d’air et du fan du réacteur n°4.

Rappel : ce jour-là à 13h49, l’A380 est en croisière au FL 380 lorsque de fortes vibrations et une embardée sont ressenties accompagnées de plusieurs alarmes concernant l’état du réacteur n°4 et des circuits associés. Les pilotes effectuent les nombreuses check-lists tout en descendant au FL 280 car la croisière n’est plus possible aux FL supérieurs (poussée des 3 moteurs restants insuffisante). Le déroutement en urgence vers Goose Bay est décidé.

Un examen visuel du moteur avait révélé que la soufflante, le premier ensemble tournant à l’avant du moteur, ainsi que l’entrée d’air et le carter de soufflante, s’étaient séparés en vol. Outre ceux propres au réacteur lui-même, les dégâts étaient multiples : impacts sur le THS (Trimmable Horizontal Stabilizer), volets extérieurs de bord de fuite percés, intrados de l’aile derrière le moteur n°4 endommagé, volets de bord d’attaque n°3,4 et 5 détruits.

Ce type de réacteur, Engine Alliance GP7200 fabriqué par General Electric et Pratt & Whitney, équipe 125 A380 des compagnies Emirates (90), Air France (10), Korean Air (10), Qatar Airways (7) et Etihad Airways (8).

Depuis cet accident, c’était un silence radio total ! L’EASA, Air France, Airbus, le BEA, GE et P&W n’avaient donné aucune information, ni pris aucune décision, laissant les passagers embarquer à bord des A380 sans aucune restriction !

Il y a quelques jours, le BEA a publié un bilan des recherches pour la récupération des pièces manquantes, et en particulier des fragments de moyeu de soufflante, « élément clé pour faire progresser l’enquête sur la cause de la défaillance du moteur ». Le BEA nous informe qu’ils n’ont pas trouvé ce qu’ils cherchent… mais on ne sait toujours pas pourquoi cette désintégration du réacteur n°4 est survenue !

Depuis presque 2 ans, le BEA n’a fait aucun rapport d’enquête technique et donc aucune recommandation de sécurité contrairement aux recommandations de l’OACI :

Le BEA a l’obligation de rendre public le rapport final dans les délais les plus bref et, si possible, dans les 12 mois qui suivent l’accident. Si le rapport final ne peut pas être publié dans les douze mois, l’autorité responsable des enquêtes de sécurité doit faire une déclaration intermédiaire au moins à chaque date anniversaire de l’accident, détaillant les progrès de l’enquête et toutes les questions de sécurité qui auront été soulevées.

12:19 Écrit par HMC | Commentaires (0)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu