Avertir le modérateur

20/07/2009

AF 447 : comment leur faire confiance ?

AIR ET COSMOS-100709-WEB.jpgPour plaire aux chantres de la pensée unique, il faudrait que l’on accepte sans broncher toutes les déclarations de l’EASA, d’Air France, du BEA et de la DGAC à propos de l’accident du vol AF 447. Comment faire confiance à des instances dont il est facile de démontrer l’implication contre la sécurité des vols ?

 

Ainsi, en 2009, l’Agence Européenne pour la Sécurité de l’Aviation (EASA), qui nous affirme que l’A330 reste un avion sûr quelque soit le type de sonde Pitot, n’a pas résisté aux lobbies de l’industrie du transport aérien qui, pour des raisons mercantiles, ne veut pas d’une modification de la réglementation concernant le temps de travail et de repos des équipages. L’EASA ne respecte pas sa propre législation sur la limitation du temps de vol (« les règles de mise en oeuvre tiennent compte des dernières données scientifiques et techniques »), et il faudrait qu’on lui fasse confiance ?

 

Comment faire confiance aux dirigeants d’Air France quand ils affirment que tout a été mis en œuvre pour prévenir les conséquences des défauts des sondes Pitot alors que, depuis plusieurs années, les dirigeants d’Air France tentent de museler le CHSCT-PN de cette compagnie car c’est un contre pouvoir qui les dérange, un ennemi qui a le pouvoir de déterrer des dossiers, d’enquêter, de faire appel à des experts extérieurs et d’alerter officiellement quand il perçoit un danger ? 

 

Comment faire confiance au BEA quand il affirme que le lien entre l’accident du vol AF 447 et les sondes Pitot n’est pas établi alors que le BEA a occulté la fatigue de l’équipage dans son rapport sur l’accident du Fokker 28 de Régional le 25 janvier 2007, a affirmé que les irrégularités constatées dans les procédures d’entretien de la compagnie Air Moorea n’ont pas de lien avec l’accident du 9 août 2007, n’a toujours pas émis le moindre rapport sur l’accident d’un A330 lors d’un vol d’essai le 21 novembre 2007 à Toulouse ni sur l’incident grave du B 737 de la compagnie Ryanair le 21 mars 2008 à Limoges ?

 

Comment faire confiance à la DGAC qui affirme maintenir la sécurité du transport aérien à son plus haut niveau alors que cette même DGAC tergiverse et est critiquée par l’OACI à propos de l'aménagement des aires de sécurité d'extrémité de piste (RESA), alors que cette même DGAC étudie toujours « l’opportunité » de mettre en place un environnement réglementaire spécifique aux opérations au sol suite au décès d’une hôtesse de l’air d’Air France le 1er février 2005 à Orly, alors que cette même DGAC, en novembre 2008, accordait à Air France l’autorisation de faire partir des vols longs courriers au départ de Paris avec des compositions d’équipage non réglementaires car non conformes au manuel d’exploitation de la compagnie déposé à la DGAC ?

 

Oui, n’en déplaise à JP Casamayou, comment leur faire confiance ?

.

Note : Lire la très bonne analyse d'un incident grave précurseur sur le site EuroCockpit.com

08:15 Écrit par HMC | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu