Avertir le modérateur

03/10/2010

Crash de Perpignan. Recommandation : le BEA doit disparaître !

Depuis 2006, l’OACI recommande de chercher à comprendre non seulement « comment » un accident s’est produit mais aussi « pourquoi » il a eu lieu. C’est à cette condition que les enquêtes peuvent être efficaces.

bea_causes.jpgEn 2010, le BEA en est toujours à sa méthode archaïque qui se borne à déterminer la cause principale et des facteurs contributifs, la cause principale étant, pour le BEA, celle qui, chronologiquement, est la dernière. Cela permet la plupart du temps de rejeter la responsabilité de l’accident sur les pilotes sans trop détailler les erreurs commises en amont du cockpit. C’est ce que retiennent les médias qui s’empressent de diffuser la bonne parole. Le BEA, dans son entreprise de désinformation, a compris depuis longtemps l’importance d’une « bonne communication » (cf. dossiers de presse Perpignan).

Suite à l’accident de Perpignan en 2008, une enquête effectuée selon les recommandations de l’OACI aurait pu/dû avoir les conclusions suivantes :

COMMENT ? :

·         Perte de contrôle de l’A320

POURQUOI ? (selon le modèle de REASON par ordre chronologique) :

·         Trou dans la plaque « constructeur » : choix technologiques

·         Trou dans la plaque « retour d’expérience » : 2 événements antérieurs non exploités

·         Trou dans la plaque « maintenance » : non respect des procédures

·         Trou dans la plaque « cockpit » : essais basse vitesse effectués de façon improvisée

Le BEA ne modifiera pas la méthode archaïque qu’il utilise avec « efficacité » depuis de nombreuses années. Le BEA doit disparaître pour être remplacé par une nouvelle entité indépendante et efficace.

reason1.gif

12:28 Écrit par HMC | Commentaires (3)

01/10/2010

Crash de Perpignan : honte aux médias et chroniqueurs !

OPINION (Association des pilotes de ligne néo-zélandais):

 

mark_edited.jpgThe print media should be ashamed of itself for printing headlines such as Pilots blamed for Air NZ crash in relation to the accident in Perpignan in 2008. Accident investigation has moved on from apportioning blame to those involved in accidents.

 

Two things are clear.

 

First, a critical failure occurred and this failure was not enunciated to the pilots.

 

Second, the aircraft automation safety system failed because of that critical failure.

 

Therefore, it can be said that had the sensors not frozen, the accident wouldn't have occurred. This failure was beyond the pilots' control and knowledge; additionally, it's not clear whether the accident wouldn't still have occurred had the flight manoeuvre been carried out at 14,000 feet instead of 3000ft.

 

Two sensors failed with no warning to the pilots. This led them unknowingly into a potentially dangerous and non-recoverable situation.

 

The media should not be so quick to apportion blame. Aviation is much safer for investigations that do not do this. The media should take a lesson in aviation safety and contribute, as opposed to detract from it. The accident report did that. We must learn from the lessons of the past.

 

MARK RAMMELL

President, NZ Air Line Pilots' Association

12:48 Écrit par HMC | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu