Avertir le modérateur

28/05/2009

Parole d'expert : Pilotes, grève, représentativité, politique, magouilles, sécurité...

 

 

20080115_cockpit.jpg

 

 

 

 

Ce qu’il se passe vraiment...                                                    (version pdf)

 

 

Depuis quelques jours, les médias se font l’écho du préavis de grève déposé par le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL aussi appelé ALPA) concernant la représentativité des syndicats de pilotes.

 

Chacun sait que, depuis la Loi du 20 août 2008, il faut qu’un syndicat obtienne 10% des scrutins aux élections professionnelles pour être considéré comme représentatif et pouvoir négocier un accord, et 30% pour avoir le droit de signer un accord. Le nombre de pilotes, pour n’aborder que l’exemple d’Air France, est d’environ 4000 sur 75 000 salariés. Par conséquent, même syndiqués à 100% (sic) et votant à 100% (re-sic) pour un seul et unique syndicat (re-re-sic), les pilotes ne pourraient pas obtenir que ce syndicat de pilotes soit considéré comme représentatif des pilotes !

 

Pour obtenir cette «représentativité» dans cet exemple, il faudrait qu’Air France compte 7500 pilotes et que ceux-ci votent à 100% pour un seul syndicat... Selon cette même logique, il faudrait que, sur les 75 000 salariés, les pilotes soient au nombre de 22 500 et qu’ils votent tous pour un seul syndicat de pilotes pour que celui-ci puisse signer un accord concernant les pilotes...

 

Avec une telle armée mexicaine de pilotes, ce ne serait plus l’équipage à deux, ni même le retour à l’équipage à 3, mais carrément l’équipage à 12 dans le cockpit...

 

Il est vrai qu’il peut être tentant de se dire qu’après tout, la Loi étant la Loi, les pilotes n’ont pas à bénéficier d’une disposition d’exception et que ces salariés seront tout aussi bien représentés par un syndicat confédéré.

 

Sans doute pourrait-on naïvement multiplier cette réflexion à l’infini et pour chaque profession, y compris celle des journalistes qui ont pourtant obtenu la première exception à la Loi avec une représentativité corporatiste dont ils ne se plaignent pas...

 

Les pilotes, qui ont le droit de déroger à la Loi et aux règlements selon leur propre pouvoir discrétionnaire quand ils estiment, eux-mêmes, que la sécurité pourrait être en jeu, ces pilotes, donc, sont l’objet d’accords qui portent, non pas seulement sur la paye, mais sur des dispositions de travail ayant un impact sur la sécurité (temps de vol, composition d’équipage, systèmes de transmission de données, outils de calculs de performance etc.). A ce titre, il n’est guère sérieux, si l’on attache de l’importance à la sécurité, de laisser des considérations autres que celles qui concernent exclusivement cette profession - et qui ne peuvent être connues et appréhendées avec précision que par les pilotes qui la pratiquent - rentrer en interférence dans la négociation de ces accords. Il ne serait donc pas sérieux d’envisager que des grandes centrales ou même des personnels placés dans l’avion sous l’autorité des pilotes mais plus nombreux dans l’entreprise aillent négocier les conditions d’emploi de leur commandant... Chacun, avec un minimum de bon sens et d’objectivité, doit pouvoir en convenir s’il attache de l’importance à sa sécurité lorsqu’il monte à bord d’un avion et qu’il confie sa vie à une personne qu’il ne connaît pas et n’a jamais vu, à un pilote...  

   

Les journalistes qui ont écrit et publié l’article du Figaro du 24 mai 2009, intitulé «syndicalisme irresponsable»..., estiment que le Gouvernement a «d’ores et déjà accepté [la] demande» du SNPL. Magnant, avec les fréquent relents d’une jalousie mesquine, le jugement de valeur arbitraire à l’encontre des pilotes, pénalement responsables de la vie de centaines de personnes, en résumant leur métier à une «profession privilégiée», les mêmes journalistes tirent à boulet rouge sur une «grève préventive sur un accord déjà entériné».

 

La bonne formule peut sembler plaisante par son accroche mais celle-ci traduit surtout le manque de connaissance et de réflexion de l’auteur de l’article...

 

Car, s’agit-il vraiment d’une «grève préventive» pour obtenir ce qui est déjà accordé ?...

 

Quel en serait alors l’intérêt et les pilotes, généralement rigoureux dans leur jugement, sont-ils idiots au point de réclamer ce qu’ils ont déjà obtenu ?

 

Le SNPL est-il si craint par le Gouvernement (sic) que le Ministre se sente obligé de se précipiter devant les médias pour donner gain de cause immédiatement aux pilotes à la première menace de grève ?...

 

Le lecteur attentif peut-il se contenter de cette analyse superficielle sans penser que l’on se joue un peu trop facilement de sa prétendue crédulité ?...

 

Alors que se passe-t-il vraiment ?...

 

 

 

Lire la suite

09:36 Écrit par HMC | Commentaires (0)

17/05/2009

AVIS aux passagers : black list !

Ces compagnies aériennes, membres de l’Association of European Airlines (AEA), sont consternées par les conclusions très critiques de l’étude médicale et scientifique remise à l’EASA à propos de la fatigue des pilotes. (voir mes notes précédentes).

 

"Il faudrait recruter 15% à 20% de pilotes supplémentaires" argumentent ces compagnies !

 

Adria Airways - Aer Lingus - AeroSvit - Air France - Air Malta - Air One - Alitalia -Austrian - bmi - British Airways - Brussels Airlines – Cargolux - Croatia Airlines - Cyprus Airways - Czech Airlines – DHL – Finnair – Iberia – Icelandair - Jat Airways – KLM – LOT – Lufthansa – Luxair – Malev - Olympic Airlines - SAS Scandinavian Airlines – Spanair – SWISS - TAP Portugal – TAROM - TNT Airways - Turkish Airlines - Ukraine International Airlines - Virgin Atlantic Airways

 

(Il faut rajouter Ryanair, non membre de l’AEA, à cette black list)

pilots_fatigue.png
Do you want your pilot to fall asleep ?

09:59 Écrit par HMC | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu